Dans un récent entretien donné à La Tribune.fr, Nathalie Kosciusko-Morizet revient sur son récent voyage en Asie et les conclusions qu’elle en tire sur les opportunités de relance en matière de numérique.

Migrer vers les usages et services

La nouvelle secrétaire d’état au développement numérique livre un point de vue très intéressant sur la nécessité de développer les usages et services et le rôle indéniable de l’État dans ce domaine : « En Corée, le patron de Samsung réalise que la valeur ajoutée est en train de migrer des équipements, du « hardware », vers les usages et les services, et qu’il va devoir lui aussi évoluer vers cela » allant jusqu’à affirmer « je ne suis pas seulement le Ministre du réseau, du débit, du nombre de mégabits qui arrivent chez vous, mais aussi de l’usage que vous voulez en faire. Mon titre est ambigu : derrière le développement de l’économie numérique, il y a aussi la société numérique« .

Aller plus loin en terme d’e-administration

Le développement de l’administration électronique apparaît selon elle comme une piste de relance prioritaire « notamment au travers de l’authentification sur internet, avec un outil comme la carte d’identité électronique. Je veux que nous sortions très vite, d’ici quelques mois, cette carte d’identité qui permettra une signature électronique. Elle peut servir à faire des recommandés sur internet par exemple. Nous pourrions aller beaucoup plus loin en termes d’e-administration et de commerce électronique« .

Vers une délégation nationale du numérique

Jean-François Coppé avait entériné la fusion des quatre directions d’administration centrale* compétentes en matière de réforme de l’État pour donner naissance à la DGME (Direction Générale pour la Modernisation de l’État). Sans en dire davantage, la ministre confirme la création d’une nouvelle administration dédiée au numérique : « j’ai déjà récupéré dans mes décrets d’attribution une cotutelle sur la Délégation aux usages de l’Internet qui travaille sur mes sujets pour l’essentiel« .

* Avant 2006, les quatre directions d’administration centrale compétentes en matière de réforme de l’État étaient :

  • l’ADAE (Agence pour le Développement de l’Administration Électronique),
  • la Délégation aux usagers et aux simplifications administratives (DUSA),
  • la Délégation à la Modernisation de la Gestion Publique et des Structures de l’État (DMGPSE),
  • la Direction de la Réforme Budgétaire (DRB).

Pour en savoir+ consultez le lien suivant : http://www.latribune.fr/entreprises/communication/telecom-internet/20090302trib000349966/nous-travaillons-a-un-volet-numerique-du-plan-de-relance.html

Filtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>