S’il y a bien un phénomène qui n’a cesse de m’étonner dans le domaine du digital en général et du web en particulier, c’est bien la propension qu’ont les rédacteurs de cahiers des charges à surenchérir à tous points de vue. C’est ce que j’appelle le « complexe du magnétoscope ».

Je vais vous parler d’une époque qui ne sait pas encore ce qu’est un cahier des charges de site web

A n’en pas douter les lecteurs les plus jeunes ne manqueront pas de nous interroger sur la définition même de ce qu’est un magnétoscope. Pour faire simple, il s’agissait (parlons-en à l’imparfait, on ne trouve plus de magnétoscopes que dans les arrières boutiques des dépôts-ventes) du digne héritier de l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert mais quand même moins pratique. Un merveilleux compagnon pour tous ceux qui, comme moi ont vécu les années 80 et grâce auquel ils ont pu découvrir, Buckaroo Banzaï, les vidéos Hard&Heavy et que dans l’espace personne ne nous entend crier ! Bref, je m’égare. Pour faire simple, c’était l’ancêtre du DVD et du blu-ray mais quand même moins pratique.

logo hard &heavy

Alors quel rapport avec le cahier des charges d’un site web ? J’y viens, j’y viens… A la fin des années 90 tout début des années 2000, le DVD vient bousculer l’antique monopole de la VHS. Je sais bien que certains me rappelleront que le Laserdisc est entre-temps passé par là…

Loser par Jeremy "god" Clarkson

Bref, près de 20 ans après son apparition, la VHS devient d’un seul coup un support totalement dépassé. Bienvenue dans l’ère digitale !

Une surenchère technologique délirante

Ce phénomène a engendré une réaction surprenante tant de la part des fabricants que des consommateurs nostalgiques. Les premiers se sont mis à proposer des magnétoscopes tous plus compliqués les uns que les autres. Des bancs de montage vidéo susceptibles de rivaliser avec ceux de France Télévision pour le centième du prix. Les seconds se sont jetés sur cet appareil obsolète flattés qu’ils étaient par la liste exponentielle de fonctions disponibles, de programmations potentielles, d’options farfelues etc. Mais à quoi bon ? La plupart d’entre-nous n’utilisait que le bouton rouge permettant de lancer un enregistrement en direct ! (et à l’ère de la box je ne sais pas vous mais moi je fais toujours comme ça).

Et mon cahier des charges de site web dans tout ça ?

Actuellement, le contenu de beaucoup d’entre eux me fait souvent penser à cette folle apogée des magnétoscopes et de la VHS. Tandis que de nouvelles méthodes de gestion de projet consacrent le pragmatisme et la flexibilité au détriment de la bureaucratie et de la littérature (mais n’est pas Diderot qui veut), de nombreux rédacteurs font de la résistance. Ctrl+C / Ctrl+V (les possesseurs de mac traduiront) et voilà un tout nouveau cahier des charges de site web bourré d’acronymes et de concepts à la mode !

Et tout ça pourquoi ? Pour rien, parce que le manque de bon sens finit toujours par nous faire appuyer sur le bouton rouge ! Qu’on se le dise…

monsterxstrikesback58

Et vous, comment rédigez-vous vos cahiers des charges ?

 

Filtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>